Ville Gallo-Romaine

22130 Corseul

  • Campagne
  • Familial

Description

Capitale des Coriosolistes au 1er siècle.

Musée de la Société Archéologique.

Détails : La Bretagne est habitée depuis longtemps puisqu’on évalue à 4800 avant J.C. l’élévation du premier mégalithe (soit 2000 ans avant les pyramides d’Egypte).

Arrivés du centre de l’Europe vers 500 avant J.C., une nouvelle population envahit l’occident. Appelés celtes par les Grecs, Gaulois par les Romains, ils s’installent vers – 350 en Armorique (are mor ica : pays qui longe la mer). Ils y forment 5 tribus dont les Curiosolites.

L’expansion des Romains vers l’Armorique conduit la guerre des Gaules (narrée par César dans « De Bello Gallico »). Les Armoricains : Coriosolites, Osismes, Vénètes, Namnètes et Redones sont battus en 56 avant J.C. et les gaulois 5 ans plus tard à Alésia après la défaite de leur chef Vercingétorix. Suivront quatre siècle de paix romaine.

Sous l’Empereur Auguste (27 avant J.C.), les Romains organisent les cités autour d’un chef-lieu. Pour Corseul, celui-ci portera le nom de Fanum Martis. C’est par son sens de la politique, habile mélange d’implication et de récompense que Rome réussira à administrer l’Armorique. L ‘amélioration du réseau routier permet l’essor du commerce, facilite les échanges économiques et ... l’intervention des légions. Les Romains développent leur plan quadrillé des villes, leur mode de vie et de loisirs (temple, théâtre, thermes), en conservant les divinités et les coutumes locales. Ces concessions permettront un temps de freiner toute révolte.

Le siècle des Antonins (96 – 192) marque un âge d’or. Paix et prospérité favorisent le développement d’une cité pour les Coriosolites. Fanum Martis étend sa trame urbaine sur quelques 50ha et comptera jusqu’à 5000 à 6000 habitants.

La pression fiscale due aux besoins croissants du pouvoir central romain, le goût des villes habituées aux mœurs romaines, opposé aux coutumes des campagnes restées gauloises conduisent au début du 2ème siècle à des soulèvements aux frontières de la Gaule, qui furent durement réprimés.

Après un retour de la croissance, l’empire sera à nouveau secoué par des révoltes intérieures, associées aux invasions germaniques venues de l’est.

L’empire Romain se fissure vers 360 sous les effets conjugués des luttes internes et de la pression toujours plus vive des barbares. Les raids divers se multiplient sur l’Armorique. Face à ces dangers, Alet (St Malo), mieux protégée par sa situation géographique à l’embouchure de la Rance et siège d’une garnison romaine, reprend la prééminence administrative et religieuse (création d’un évêché).

Devant la recrudescence des invasions barbares en Gaule, le pouvoir romain décroît ; les cités d’Armorique reprennent leur indépendance. Au 6ème siècle, poussés par les Saxons et les Angles, les cousins Bretons (grands Bretons) émigrent en Armorique et poursuivent ainsi la christianisation commencée au siècle précédent.

Infos pratiques

Thèmes
  • Ruines et vestiges, Site Archéologique, Ville, village
Catégorie patrimoine culturel
  • Classé ou inscrit (CNMHS)
Type d'équipement principal
  • Site et monument historiques
Accessibilité
  • Non
Site groupe
  • Non renseigné